Exhibitions

7 février -17 février 2019

PNG - 126.8 ko
PNG - 674.8 ko

Still lifes and Vanities appeared for the first time in the art of the late Renaissance and then took off as major subjects in European painting, engraving and sculpture in the Baroque age in the 17th century. They have since been a constant theme in art, every generation re-inventing them in its own style and with its own techniques.

Inanimate objects, humble or luxurious, speak of the seductive beauty but also of the vanity of earthly possessions. Skulls are of course the classic reminder of the brevity of life and the inevitability of death, their grisly grin a constant mockery of our pretensions and illusions.

Yet the weight of symbolism does not preclude a more playful and also decorative approach to the theme of vanity, as witnessed by many of the works in the current exhibition. Making light of death by celebrating the sensuous beauty and material richness of textures and objects can also be the artist’s answer to the inescapable mockery of the skulls.

JPEG - 86.3 ko

La nature morte et les vanités apparaissent pour la première fois dans l’art à la fin de la Renaissance, devenant des sujets majeurs de l’art européen au 17ème siècle à la période baroque. Toutes les générations d’artistes ont depuis repris ces deux thèmes, les réinventant à leur manière en y introduisant les techniques nouvelles et les styles de leur époque.

Les objets peints, qu’ils soient humbles ou riches, représentent la beauté séduisante des choses de ce monde mais aussi la vanité des possessions matérielles. Les crânes sont naturellement le rappel classique de la brièveté et de la vanité de la vie terrestre. Leur sourire narquois se moque éternellement de nos prétentions et de nos illusions.

Mais le poids du symbolisme n’empêche pas une approche artistique plus ludique et aussi décorative aux thèmes de la vanité, comme en témoignent les œuvres de la présente exposition. Se moquer de la mort en célébrant la beauté sensuelle et la richesse matérielle des objets terrestres est aussi la réponse de l’artiste à l’éternelle moquerie des crânes.

JPEG - 1.9 Mo
Jean-Christophe Ballot - Photographies

Jorge Rodriguez de Rivera - Collages

Jean-Manuel Simoes - Photographies

Gabriel Stauffer - Aquarelles sur photographie

Vivian van Blerk - Porcelaines et photographies

Nicola Villa - Aquarelles

Jean-Christophe Ballot - Photographies - Epreuves de travail (disponibles aussi en format 37x57 cm

| | Plan du site | Crédits